Le rôle des antioxydants…

L’organisme produit ses propres antioxydants, qui neutralisent les effets des radicaux libres, mais les vitamines, les minéraux et les composés, dits phytonutriments, présents dans les aliments végétaux apportent un complément précieux pour la santé. Pour les fruits et légumes, les scientifiques abandonnent tranquillement l’appellation antioxydant. Ils préfèrent les mots polyphénols ou flavonoïdes [1].  Le rôle prépondérant des polyphénols a largement été mis en évidence [2]. Cependant, très peu absorbés par l’intestin, c’est de plus en plus l’activité des polyphénols sur le plan cellulaire qu’on cherche à comprendre, c’est-à-dire leur effet sur les tissus vasculaires, adipeux, musculaires, cérébraux, etc. Les chercheurs se penchent aussi sur les effets des substances produites à la suite du passage des polyphénols dans l’intestin.

Aujourd’hui, les antioxydants sont utilisés:

1) dans l’alimentation (humaine et animale) et les cosmétiques pour prévenir l’oxydation des lipides;

2) pour protéger l’organisme des dommages provoqués par les espèces réactives de l’oxygène.

Le fait que les polyphénols soient de puissants inhibiteurs de la peroxydation lipidique est un élément important pour la protection des membranes cellulaires. D’après la littérature, la présence de polyphénols en quantité importante dans l’alimentation diminue de 68 % les risques cardiovasculaires par rapport à une alimentation qui en est faiblement pourvue [3]. Il a été observé une augmentation de la capacité antioxydante du plasma chez les hommes, suivant la prise de boissons riches en polyphénols telles que le thé [4],  le vin [5] et la bière [6] aussi bien que des fruits et des légumes riches en polyphénols. Parmi les polyphénols les plus antioxydants, on peut citer l’épigallocatéchine gallate, la catéchine, la quercétine, la lutéoline, la myricétine et l’apigénine mais aussi des acides phénoliques tels que les acides caféïque et chlorogénique.

Les antioxydants sont également utilisés en cosmétique pour prévenir le vieillissement de la peau. Au niveau de la peau, les radicaux libres s’attaquent directement aux fibres élastiques du derme (constituées d’élastine, protéine fibreuse) provoquant donc une perte de l’élasticité de la peau. Ils sont donc responsables du vieillissement prématuré des tissus provoquant une diminution des capacités hydratantes, une dégradation du collagène (constitué d’acides aminés) et une accentuation des rides. Ce problème est souvent observé chez la femme au début de la ménopause. En effet, le manque d’œstrogène engendre une diminution de la capacité à retenir l’eau ce qui ajouté à la structure désordonnée des « vieilles » fibres élastiques, provoque le début des signes visibles de la vieillesse tels que l’amincissement du derme, l’approfondissement des lignes et la formation des rides [7]. Les antioxydants ont été étudiés dans la formulation des soins anti-âge de par leur capacité à piéger les radicaux libres et leur capacité à inhiber la peroxydation des lipides [8]. Parmi les antioxydants les plus fréquemment utilisés dans la formulation des soins cosmétiques, il y a les dérivés de la vitamine A, C et E [9].

[1] www.passeportsanté.net

[2] Scalbert A, Manach C, Morand C, Rémésy C, Jiménez L. (2005) Dietary polyphenols and the prevention of diseases. Crit Rev Food Sci Nutr. 45:287-306.

[3] Hertog MlGL, Hollman PCH, Katan MB, Kromhout D. (1993) Intake of potentially anticarcinogenic flavonoids and their determinants in adults in the Netherlands. Nutr Cancer. 20(1):21-9.

[4] Leenen R, Roodenburg AJ, Tijburg LB, Wiseman SA. (2000) A single dose of tea with or without milk increases plasma antioxidant activity in humans. Eur J Clin Nutr. 54(1):87-92.

[5] Serafini M, Laranjinha JoAN, Almeida LM, Maiani G. (2000) Inhibition of human LDL lipid peroxidation by phenol-rich beverages and their impact on plasma total antioxidant capacity in humans. The Journal of nutritional biochemistry. 11(11):585-90.

[6] Ghiselli A, Natella F, Guidi A, Montanari L, Fantozzi P, Scaccini C. (2000) Beer increases plasma antioxidant capacity in humans. The Journal of nutritional biochemistry. 11(2):76-80.

[7] Giacomoni PU. (2008) Advancement in skin aging: the future cosmeceuticals. Clin Dermatol. 26(4):364-6.

[8] Laguerre M, Lecomte J, Villeneuve P. (2007) Evaluation of the ability of antioxidants to counteract lipid oxidation: Existing methods, new trends and challenges. Prog Lipid Res. 46(5):244-82.

[9] Gaspar LR, Camargo Jr FB, Gianeti MD, Maia Campos PMBG. (2008) Evaluation of dermatological effects of cosmetic formulations containing Saccharomyces cerevisiae extract and vitamins. Food Chem Toxicol.46(11):3493-500.